L’intuition

Selon la définition du Larousse, l’intuition c’est : 

  • Connaissance directe, immédiate de la vérité, sans recours au raisonnement, à l’expérience.
  • Sentiment irraisonné, non vérifiable qu’un événement va se produire, que quelque chose existe : Avoir l’intuition d’un danger.
L'intuition
Photo de Ilya Shishikhin

De nos jours l’intuition est souvent présentée comme une impulsion dangereuse et souvent déraisonnable puisqu’elle provient d’un sentiment intérieur non réfléchi et inexplicable.

Or, ne pas avoir confiance en son intuition équivaut à ne pas avoir confiance en nous-mêmes. Sa raison d’être est de nous aider à créer notre réalité personnelle afin d’améliorer notre vie et par extension toute l’humanité.

« Je crois que le plus grand avantage d’être intuitif est de ne plus éprouver le besoin de tout prévoir dans la vie. Vouloir contrôler le monde est une tâche épuisante et franchement inutile.
Les personnes qui agissent ainsi s’empêchent de plonger dans la vie et de vivre vraiment selon leurs désirs. Elles ont si peur de commettre une erreur ou de perdre le contrôle – ou de subir toute autre forme de supposés échecs de l’égo – qu’elles se privent de la vie qu’elles souhaiteraient avoir par dessus tout. »

Sonia Choquette, auteur de « A L’écoute de votre sixième sens »

Le plus difficile est de reconnaître sa vraie guidance intérieure d’une guidance orientée par d’autres (éducative, sociétale, politique…).

L’intuition provient d’une connexion avec son véritable Moi intérieur et n’est nullement influencée par le raisonnement.
C’est une partie profonde de nous qui intervient par la pensée de façon spontanée et qui nous dirige vers des options que nous n’aurions probablement pas choisies pour atteindre nos objectifs !

Nathalie

Le prochain article vous guidera dans la quête de votre intuition…

Le libre arbitre

Comme nous l’avons vu dans l’article « Qui décide ? », (publié le 31 mars 2021) la vie et le ‘choix du présent d’un individu’ peuvent être influencés par d’autres.

Photo de Letizia Bordoni

Par exemple, si l’on répète sans cesse à quelqu’un des idées morbides face à un virus, ses pensées vont déclencher en lui une réaction face à la maladie qui n’est pas celle qui correspond à ses propres réponses immunitaires internes.

Un virus ne se développe pas seulement par ses caractéristiques biologiques mais également par la pensée induite de la maladie.

Le cerveau anticipe nos pensées conscientes

Différentes expériences sur la conscience montrent que le cerveau décide avant la conscience, l’action que nous voulons effectuer.

Excepté pour les décisions mûrement réfléchies, le libre arbitre résiderait donc uniquement dans le fait d’interrompre ou non l’action engagée.

Alors, reprenons le contrôle de nos pensées, en les orientant vers ce qu’il y a de meilleurs pour nous et remettons dans la conscience collective ce qu’il y a de meilleur pour l’humanité.

Ainsi, notre avenir s’ouvrira vers des jours choisis pour le bien de tous.

Nathalie

PS: si vous souhaitez approfondir cette question, je vous conseille de lire les travaux du professeur Libet, neurologue ainsi que ceux de Jean-Pierre Garnier Mallet, physicien.

Besoin d'une aide extérieure pour avancer?
Je vous guide en cabinet ou par Skype.
Renseignements sur Nathrelax.com

Etre amoureux

Aimer ne veut pas dire «Je te veux» ou «Je veux que tu sois à moi»,
ni se confondre en compliments du style «Tu as l’air super chouette» ou «Tu es hyper sexy»,

Cela ne signifie pas non plus «Je ne peux vivre sans toi» ou «Je ne suis rien sans toi»,
ni «Nous deux c’est pour la vie», ou quoi que se soit d’autre de ce genre.

Cela flatte l’égo mais cela ne dure généralement qu’un temps, celui de l’installation d’une routine créée par les obligations du quotidien. Par ailleurs, ce type de parole devient vite difficile à vivre car il restreint la liberté, fait preuve d’une certaine domination sous le couvert des sentiments et ouvre souvent la porte de la culpabilité car il exige pour l’autre d’aimer pour deux (manifester son amour et l’amour qu’il n’a pas pour lui-même).

Selon Antony de Mello, être amoureux d’une autre personne s’est lui laisser la possibilité de vivre ses rêves sans contrainte ni lien de dépendance.

Photo de Erik Lucatero

Aimer, c’est :

Apprécier et respecter l’être aimé et lui laisser la liberté d’être qui il est vraiment dans ses pensées et dans ses goûts;
le laisser agir en fonction de sa fantaisie et de sa véritable nature;
et s’il y a la moindre chose qui peut l’aider à progresser sur son chemin, c’est se rendre disponible autant que faire se peut car son plaisir devient mon plaisir.

Ainsi, je développe l’Amour inconditionnel dans le respect de chacun et dans la sérénité. N’est-ce pas là, la plus grande preuve de mon amour?

Nathalie

Besoin d'une aide extérieure pour avancer?
Je vous guide en cabinet ou par Skype.
Renseignements sur Nathrelax.com